Wednesday, 19 November 2014

Les premiers 13 minutes de la conférence sur les racines du modernisme

Aux sources du modernisme
Médias-Presse-Infos
https://www.youtube.com/watch?v=6uS0ruhjZXM


I Exorde
M. l'Abbé, je ne sais pas si vous serez reconcilié(s)* à Pape Michel ou concluérez même que Bergoglio n'est pas Pape. Entre temps, je vous vois pour la première fois, et je note que vous vous appelez Patrick. D'où ceci, j'espère que vous ne soyez pas trop attaché à la théorie charmante que St Patrick venait de Bretagne Armoricaine:

Φιλολoγικά/Philologica : St Patrick was from some kind of Britain ...
http://filolohika.blogspot.com/2013/01/st-patrick-was-from-some-kind-of-britain.html


Le livre d'un Père Spiritain - Novus Ordo mais traditionnel dans la foi - qui est défunt et dont je connais le néveu un peu est à acheter si vous ne l'avez pas encore. À différence de moi, l'auteur partage l'idée que St Patrick ne venait pas de Strathclyde mais d'Armorique. Ou en est même le principal responsable.

* Vous-même seul - ou avec la paroisse.

II 11:00 environ
... sur vue classique du monde, M. l'Abbé introduit l'ADN. Cette connaissance est certes accessible de nos jours, mais ne l'était pas avant la révolte des philosophes.

Que l'enfant hérite à la fois du père et de la mère, que donc les deux ont "sémence" (concept qui englobe à la fois les cellules qui, joints, seront l'embryon et la liquide qui d'un côté ou l'autre facilite leur rencontre, sans distinction) est à la fois philo et science

Le concept médiéval de sémence n'était pas tellement "erronné" que confus quand à deux choses: la distinction entre liquide et vie cellulaire, et le fait que les deux liquides portent la même cellule pré-humaine vers l'autre.

Et ce concept n'était pas simplement là par l'étude matérielle (les liquides étant visibles sans microscope, donc au Moyen Âge déjà, les cellules non), mais aussi par réflection philosophique sur la nature des choses. En fait, ce processus est avec les processus avant (attraction mutuelle de manière normale etc.) et après (gestation, naissance, éducation avec lactation et ablactation et le fait de - hormis les autistes s'ils existent - l'amour et parfois aussi le désamour) le sens premier du mot natura, naturalis - qui vient du mot nascor, natus sum.

Semblablement, Mendel avait bien découvert les chromosomes avant la découverte microscopique des chromosomes. Comme, dans le cas du Moyen Âge pas totalement aristotélique, l'avait quand au fait qu'on hérite des deux parents. Il avait découvert que [ajoutons de notre côté: dans une population limitée, où les chromosomes n'ont pas eu le temps de "se croiser les bras"] certains traits s'héritent indépendemmant les uns des autres [sont sur chromosomes différents, comme lisse ou corrigué vs. jaune ou verts pour son objet d'études] et d'autres ensemble [un bon exemple de traits de fèves ne me vient pas en esprit, mais il s'agit donc des traits d'une même chromosome].

Donc, il ne faut pas trop mettre des bornes étanches [oui, c'est pas la bonne phrase en français, mais bon ... "écluses étanches"?] entre découverte matérielle et découverte philosophique. Par contre, chez chaque raisonneur on doit distinguer les deux éléments. Même Socrate avait une expérience matérielle de la ressemblance entre homme modèle et portrait en statue de bronze, par exemple. Cette expérience n'est pas dubitable, mais elle se distingue de sa philosophie.

III 11:44
Savoir par les causes / causalité ... jeu de mot.

"Causalité" ne couvre que la cause effective avec son effet. À peine aussi cause matérielle subissant l'effective et laissant des traces parfois très évidentes dans l'effet, par exemple corde et macramé. Mais "savoir par les causes" est aussi la cause formelle (inhérente et exemplaire, ce dernier de Socrate et pas d'Aristote) et la cause finale (par exemple que le macramé fortifie un sac déchiré ou même la remplace - ou qu'il fasse juste joli ou ...).

Quand à causalité, nous pouvons observer (et parfois être trompés à travers "post hoc non propter hoc") ou aller par parallèle.

Pourquoi les corps célestes se meuvent-ils?

Les corps qui tombent, la pierre sur la corde et celle-ci dernière comme parallèle à quoi que ce soit qui fasse tomber les corps qui tombent?

Ou les mouvements volontaires comme écriture, danse ... ou le fait de mettre une pierre suspendue sur une corde en rotation?

Laquelle des deux modèles est la bonne parallèle? A-t-on une réponse par observation directe? Ou a-t-on des réponses diverses selon divers raisonnements?

Pour les pas dans la plage, la parallèle se donne par le fait d'une très forte ressemblance visible entre l'effet vu sans sa cause effective et l'effet vu après l'application de cette cause effective, à savoir un pied humain avec le poids d'un être humain, sur la cause matérielle, par exemple sable humide.

IV 12:35
je flaire une superdistinction quasi dichotomie entre "connaissance pratique" / "lois de la matière" et "connaissance [philosophique]", un peu trop de Kant et un peu trop peu de St Thomas.

Je dis que je flaire, pas que je l'eusse déjà constaté irréfutablement.

Ça pourrait conduire à un philosophe qui assez aveuglement suit quand au domaine supposé de "connaissance pratique" l'avis d'un "expert" qui, quand même, a lui aussi une philosophie (fût-elle mal articulée) et ne donne pas juste les résultats bruts des observations. Et cette philosophie peut être erronnée et les résultats qu'il donne peuvent être erronnés. Par ce fait même.

V 13:18
Quand c'est dit que la connaissance de Dieu va par la "connaissance spéculative" ... quand même pas davantage que l'existence des électrones (qui sont à distinguer du phénomène de l'électricité ou des phénomènes connues comme de l'électricité).

En plus, un Géocentrique, comme l'était St Thomas ou Abraham, peut monter très vite avec assez plein d'expérience et assez peu de spéculation à la connaissance de Dieu.

Version de St Thomas: comment est-ce que le ciel avec tous les étoiles et les planètes (pas totalement attachés à un seul corps) tourne autour de nous chaque jour? Prima Via, en I q 2 a 3 plus explicitement Contra Gentes.

Version d'Abraham (selon Josèphe, Antiquitates) : comment est-ce que les étoiles et planètes tournent-elles en bonne harmonie les unes avec les autres chaque jour?

VI Avant de continuer audelà des environ 13 minutes,
un petit défi:

On entend souvent que les choses bougent "par lois naturelles" ...

  • veut on dire - comme bons philosophes - par des moteurs eux-même distincts de ces lois, mais selon les lois, de manière que les lois sont causes formelles des processus mais pas du tout en soi des causes effectives sauf de manière indirecte en règlant tel aspect d'une cause motrice?

  • ou veut-on dire que les lois elles-mêmes font bouger, que les lois elles-mêmes sont des causes effectives et motrices?

No comments:

Post a Comment