Sunday, 21 December 2014

IV - Arnaud Dumouch cherche à défendre les pseudosciences modernes


1) à Arnaud Demouch / Radio Maria France : Inerrance Biblique et Anges-Moteurs-des-Astres ; 2) Arnaud Dumouch II - Inerrance Biblique ; 3) Les Dix Contradiction Historiques dans la Bible selon Arnaud Dumouch ; 4) IV - Arnaud Dumouch cherche à défendre les pseudosciences modernes ; 5) V - débat avec David Vincent - inerrance biblique patristique?

Hans-Georg Lundahl
Alors posons-nous la question QUAND la science est guidée par le réel.

St Thomas dit que pour des choses contingentes passées oubliées (ou n'ayant pas été observées), les choses futures, les choses éloignées et les choses chachées il n'y a pas de science.

La science se limite à hic et nunc OU généralement nécessaire.

Je peux savoir que je suis devant un ordinateur, c'est de la science hic et nunc.

Je peux savoir qu'un triangle a ses trois angles en somme égale à deux angles droits. Même si ce n'est pas ici et maintenant (je n'ai pas de trioangle devant moi, ni les moyens - sauf en le dessinnant sur papier - de couper les coins et les voir s'aligner à une ligne, donc à qqc qui aurait pu être divisée par deux droites). C'est de la science du généralement nécessaire.

C'est la position également des créationnistes : Big Bang ou les 65 millions d'années écoulées depuis les faunes crétacéens fossilisées ou la parenté de "Lucy" ou de "Mrs Pless" ou de "l'enfant de Taung" avec l'homme n'est pas de la science qui vient du réel, c'est une idéologie guidée par les idées préconçues des chercheurs.

Et eux - à mes heures même moi - on trouve des argument pour substantier cette position, c'est n'est pas juste une formule pour se retrancher.

Arnaud Dumouch
+Hans-Georg Lundahl Non, on peut être guidé par le réel même sur les choses du passé (ex : l'époque des dinosaures), ou du futur (ex : quand se terminera le soleil), ou des choses éloignées (ex : les galaxies). Evidemment, la paléontologie, l'archéologie, la cosmologie ont des fragilités qu'une lucidité critique doivent mettre en évidence.

Par contre, pour les choses cachées comme ce que révèle la théologie, la philosophie ne peut rien. C'est une autre discipline qui intervient alors, la Révélation. 

Hans-Georg Lundahl
St Thomas n'était pas d'accord de son vivant.

Il ne le serait pas aujourd'hui.

"Evidemment, la paléontologie, l'archéologie, la cosmologie ont des fragilités qu'une lucidité critique doivent mettre en évidence."

On peut connaître des faunes ou des bêtes éparses des faunes Crétacéens parce que parvenus à nous comme fossils.

Mais pour savoir si la bonne distance temporelle était 65 millions d'années ou plutôt 2957 avant Jésus Christ (voir martyrologe traditionnel du 25 Décembre), les os ne nous fournissent pas d'une information accessible par la vue, c'est pas scienctifique.

Arnaud Dumouch
+Hans-Georg Lundahl Pour dater les fossiles, la science dispose de nombreux moyens qui doivent de rejoindre : Paléontologie, analyse des couches géologiques, datation nucléaire, comparaisons isotopiques etc. 

Hans-Georg Lundahl
Merci de faire un argument dans le domaine naturel. Avec des gens comme vous, en France c'est assez rare. Aux États-Unis, j'ai David Palm pour m'amuser.

"Pour dater les fossiles, la science dispose de nombreux moyens qui doivent de rejoindre : Paléontologie, analyse des couches géologiques, datation nucléaire, comparaisons isotopiques etc."

Etc. n'est pas un argument, vous venez d'énumérer quatre. Pas si nombreux que ça.

En plus, la palaeontologie en tant que telle n'est pas très affectée par les dates. Elle s'occupe des faunes, qu'elle juge, sur la base d'idéologie évolutionniste, comme successives. La palaeontologie pour le Crétacéen était exactement la même quand on le jugeait distant de juste 20 millions d'années et maintenant qu'on le juge distant de 65 millions d'années.

Analyse des couches géologiques n'est pas un moyen totalement indépendant de la palaeontologie. Trois types de pierres se superposent dans un lieu, en hauteur du haut en bas a, b, c. Type a se trouve un peu ailleurs avec une faune jugée plus récente (parce que a comme tel est plus récent), et si les faunes sont jugées successives, la distance entre couche a et couche ce ne pourrait plus être une simple péripétie des courants sousmarins du Déluge. Donc ces deux arguments ensemble je les confonds avec ma raison par l'observation que si les faunes étaient contemporains avant que le Déluge les frappe, alors cette argumentation là pour les millions d'années tombe.

Ensuite, datation nucléaire par Carbon 14 ne se fait routinement pas pour les dinosaures, jugés avoir vécus plus que 65 millions d'années avant nous, on fait au contraire aucune analyse nucléaire sur les os eux-mêmes, mais base les millions d'années sur lava volcanique dans une couche inférieure ou supérieure. Idéalement supériure, car plus récente. La datation par lava volcanique se base essentiellement sur K-Ar (potassium-argone). Celle-ci avec la sousméthode par comparaison des isotopes dans différentes parties de la pierre (ou quelque truc assez compliqué comme ça) ont les deux montré des résultat obviement faux dans les datations après Mount St Helens' dont la dernière éruption était en 1980.

De vos QUATRE arguments, j'ai donc par ma raison, et par une connaissance des faits cueillie en partie uniquement par des sources créationnistes, essentiellement K-Ar et Mont St Helens, confuté DEUX par DEUX.

Alors, est-ce qu'une explicitation des "etc." rendrait meilleur service à votre côté?

Merci d'ailleurs pour ceci:

"Par contre, pour les choses cachées comme ce que révèle la théologie, la philosophie ne peut rien. C'est une autre discipline qui intervient alors, la Révélation."

Vous venez d'admettre que les psychologues et psychiatres ne sont pas des scientifiques.

No comments:

Post a Comment